Pourquoi les opérationnels de terrain vont (vraiment) devenir les leaders de la troisième révolution industrielle


Notice: Undefined offset: 1 in D:\home\site\wwwroot\wp-includes\media.php on line 72
Si tu ne veux pas lire, tu as la version audio. Bonne écoute !

« Le passé doit conseiller l’avenir », un peu d’Histoire pour commencer

Pourquoi parle-t-on de troisième révolution industrielle ?

Notre bon sens paysan apporte déjà une première réponse : parce qu’il y en a eu deux avant !

Certes, et allons au delà du fameux BSP (si si, c’est le trigramme officiel du Bon Sens Paysan !) pour voir quels ont été et quels sont peut-être encore les grands marqueurs des révolutions industrielles.

1780 : La première révolution industrielle

Démarrée dans la seconde moitié du 18ème Siècle (on va pas se battre sur l’année exacte – il n’y en a pas), les grands marqueurs de la première révolution sont notamment la machine à vapeur, l’industrie textile, la métallurgie ou encore le chemin de fer.

1880 : La deuxième révolution industrielle

Démarrée dans la seconde moitié du 19ème Siècle (même commentaire sur l’année exacte 🙂 ), les grands marqueurs de cette seconde révolution industrielle sont notamment l’électricité, le moteur à explosion, la chimie ou encore la pharmacie.

1980 : La troisième révolution industrielle

Démarrée dans la deuxième moitié du 20ème Siècle (no comment), les grands marqueurs sont cette fois les nanotechnologies (N), biotechnologies (B), technologies de l’Information (I) et sciences cognitives (C) et la croissance durable.

Et oui, parce qu’en fait, depuis les années 1980 (la deuxième moitié du 20ème siècle pour les tatillons), nous sommes entrés dans un nouveau monde où, notamment, la frontière entre produits et services disparaît peu à peu.

Poursuivons, pour nous apercevoir ensemble que ce n’est que le début.

Car, en effet, une révolution industrielle ça prend du temps.

Une révolution industrielle = Un siècle

Les deux premières révolutions industrielles ont duré un siècle.

En réalité, elles se sont déroulées chacunes sur deux demi-siècles :

Un demi-siècle de développements technologiques

Tout débute par un demi-siècle de développements technologiques. Celui-ci permet la constitution d’une offre de produits abordables et d’une utilisation simplifiée.

Un demi-siècle de développement de produits, services et solutions

Puis un demi-siècle de développement de produits, services et solutions qui ont été tirés par la demande (les utilisateurs) et non plus poussés par l’offre. Ces produits, services et solutions sont aussi tirés par l’apparition d’une masse importante d’individus et d’entreprises en capacité d’acheter les produits de cette révolution.

Et quand un produit répond aux besoins d’un marché : pas de mystère ça marche !

Ce serait plus clair avec un exemple concret pour illustrer ? Allons-y !

La première révolution industrielle a d’abord connu une phase qui a vu éclore la technologie de la machine à vapeur. Super non ?

En réalité, cette première étape est indispensable à la seconde.

La deuxième phase, forte de la technologie de la machine à vapeur, a permis aux sociétés de chemin de fer de fortement se développer grâce au produit « train ». Produit qui on peut le dire a connu et connait toujours un grand succès (alors que la technologie utilisée a un peu changé). Bon en période de grèves c’est moins évident (sic) mais ne mélangeons pas tout !

Ça implique quoi pour la troisième révolution industrielle ?

Faisons l’hypothèse que cette équation à zéro inconnue « une révolution industrielle = un siècle » s’appliquera à la troisième révolution industrielle.

Si c’est le cas, nous sommes (encore) dans le demi-siècle 1980-2030 de constitution d’une offre accessible rendue possible par les grandes évolutions technologiques. C’est pour ça qu’on voit du « Industrie 4.0 », « Blockchain », « Big Data », « Intelligence artificielle », etc. partout… Sauf dans le quotidien des femmes et des hommes de terrain de l’industrie !

Mais c’est quand même une super nouvelle !

Car nous allons bientôt vivre le demi-siècle de développement de la demande des produits NBIC. Le développement d’un marché de masse qui attendra des produits sur étagères qui répondent à des problèmes concrets d’aujourd’hui et de demain en utilisant ces technologies !

On a de la chance non ?

C’est quoi le rapport avec les opérationnels de terrain qui deviendraient les leaders de la troisième révolution industrielle ?

Les technologies de l’industrie du futur arrivent à maturité

Ce n’est un secret pour personne. L’usine du futur sera une usine hyper-connectée, hyper digitalisée.

D’ailleurs les technologies qui le permettent arrivent à maturité :

  • Les technologies Big data et les API sont par exemple en train de devenir des standards techniques
  • L’intelligence Artificielle (Computer vision, Natural language processing, Machine Learning) sait démontrer sa capacité technique
  • La blockchain est déployable sur des sujets industriels

Génial non ? Du coup, c’est d’ailleurs pour ça que ces technologies sont des standards dans l’industrie !

Ah non ! Mais pourquoi ?

Les technologies numériques doivent encore connaitre l’évolution qui a eu lieu entre la machine à vapeur et le train : l’usage avant la techno !

En d’autres termes, les technologies digitales doivent passer le cap du cas d’usage, en répondant à deux questions principales :

  • Quelle est l’utilité (les utilités) pratique(s) d’une technologie ?
  • Quel(s) produit(s)/solution(s) est/sont capable(s) de rendre ce service en embarquant ces technologies et en les rendant invisibles ?

C’est au moment où le cas d’usage (l’utilité) devient la problématique que l’opérationnel de terrain va reprendre le pouvoir

Si on part du principe que ceux qui savent sont ceux qui font, ce sont les opérationnels de terrain qui seront les plus à même de choisir les outils qui sont pertinents pour les aider au quotidien. Et quand c’est toi qui choisis, tu reprends le pouvoir !

Se posera après la question du « Make or Buy » : en tant qu’industriel dois-je développer moi-même ces solutions ou dois-je les acheter ? En tant qu’éditeurs d’apps mobiles sur étagères pour les femmes et les hommes dans l’industrie, on a une idée de notre réponse.

Cette question doit bien mériter un futur billet de blog…